Une entité communautaire de suivi de la gestion des ressources naturelles du massif forestier Tchabal Mbabo mis en place

  • par

Dans l’optique de participer activement et efficacement au processus de gestion des ressources naturelles du massif forestier Tchabal Mbabo, les Lamidos, Djaouro (chef de village où chef de 3eme degré) Ardo (chef de la communauté Mbororo et chef de troisième degré), et les représentants des communautés locales et autochtones ont mis en place une entité communautaire en charge du suivi de la gestion des ressources naturelles du dit massif. Ils ont été accompagnés dans ce processus par l’organisation Forêts et Développement Rural (FODER) avec la participation de l’organisation MBOSCUDA, les sectoriels (Chef de poste forestier, chef de poste agricole, chef de centre zootechnique et vétérinaires) et le Sous-préfet de Galim-Tignère.

L’entité de gestion communautaire mise en place, est présidée par le Lamido de Dodéo. Elle a pour but de réduire les pressions sur la biodiversité du massif forestier de Tchabal Mbabo à travers la promotion d’une gestion concertée et la promotion des droits et intérêts des populations locales. L’entité de gestion du massif forestier de Tchabal Mbabo a été baptisée association « Mobgat Fabouki Nokoudjé men » qui signifie « l’association pour le suivi, l’encadrement, la sécurisation et la pérennisation des ressources naturelles du massif forestier de Tchabal Mbabo ». La création de cette association traduit la participation désormais accrue des communautés aux débats national et local sur l’avenir du massif forestier de Tchabal Mbabo.

La mise en place de l’association « Mobgat Fabouki Nokoudjé men » a été facilitée par l’organisation Forêts et Développement Rural (FODER), dans le cadre du déploiement des actions du projet d’appui à la conservation et à la gestion participative du massif forestier de Tchabal Mbabo (COGESPA Tchabal Mbabo) axé sur la conservation participative et inclusive des communautés locales et autochtone. La création de cette structure de gestion participative a été précédée par la création des comités locaux de gestion des ressources naturelles (CLGRN) dans les différents villages du massif. Parallèlement à la mise en place des comités locaux de gestion, des réunions de concertation ont été organisées en vue d’accompagner les parties prenantes, notamment, le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), les Mairies de Banyo, Galim-Tignère et Kontcha, les communautés locales et autochtones, les OSC locales, les autorités traditionnelles, les associations des éleveurs, les hommes politiques et autres acteurs pour la création de la structure de gestion participative du massif de Tchabal Mbabo. La forme juridique, les statuts, le règlement intérieur ont été discutés lors des différentes réunions de concertation. Les moutures de ces différents documents élaborées ont été proposées au cours d’une assemblée générale de création de la structure de gestion. FODER a veillé à la prise en compte des aspects genre et minorité dans le processus de création de la structure de gestion.

Pour assurer un bon suivi de la gestion des ressources naturelles dans le massif forestier de Tchabal, l’association « Mobgat Fabouki Nokoudjé men », dispose d’un code communautaire de gestion des ressources naturelles pour le massif forestier. Ce code a été adopté par les acteurs intervenants dans la gestion des ressources naturelles du massif forestier de Tchabal Mbabo. Il faut relever que la validation de ce code à l’échelle du massif, est sous-jacente aux 10 codes communautaires spécifiques aux différentes communautés qui composent le massif. Rédigés et adoptés à l’échelle de tout le massif, le code communautaire de gestion a été discuté au cours d’un atelier réunissant les différentes parties prenantes qui ont mis en commun les différents codes rédigés dans les localités afin de s’assurer de leur conformité avec les lois. Les codes adoptés sous la houlette des chefferies traditionnelles de troisième degré ont été toilettés au niveau des Lamidats afin de s’assurer qu’ils étaient conformes au droit coutumier de chaque Lamidat avant d’être regroupé pour produire un code applicable à l’échelle du massif. Avec ce code, FODER a contribué à lancer une dynamique globale de lutte contre les menaces sur les ressources naturelles pression ( braconnage, pêche illégale, déboisement, feux de brousse). Le but étant de réduire les pressions anthropiques sur les ressources naturelles. A long terme, FODER souhaite aboutir à un mode de conservation communautaire, novateur, durable, reconnu, adapté, accepté et soutenu par toutes les parties prenantes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.