Les hippopotames du site touristique de LALA (région de l’Est) tués par les activités d’exploitation minière artisanale et à petite échelle dans la région de l’Est

Deux (02) hippopotames (Hippopotamus amphibius) de la marre aux hippopotames de Lala, située dans la zone de Watamo-Tapare Kadey, région de l’Est, ont trouvé la mort à la suite d’une pollution des eaux par les activités d’exploitation minière artisanale et semi-mécanisée de l’or. Les corps de ces pachydermes ont été respectivement découverts le 23 janvier 2021 et en Décembre 2020, par des riverains au niveau de la rive du fleuve Kadey. En effet, l’activité minière dans le site touristique de LALA (arrondissement de Ketté) ; notamment à travers la pollution du cours d’eau de la Kadey rend de plus en plus l’habitat naturel des pachydermes inapproprié pour leur vie. En moins de 06 mois (Septembre 2019-Janvier 2021) dans la kadey, l’organisation Forêts et Développement Rural (FODER), a pu enregistrer le décès de trois (03) hippopotames.

La mort du premier hippopotame a été enregistré au mois de septembre 2020.  Selon les témoignages des riverains le corps sans vie de l’animal a toujours été retrouvé inerte dans les eaux, envahit par les boues issues des activités de lavage des produits d’excavation et l’évacuation des eaux usées des activités d’exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE). Dans la zone les riverains parlent d’au moins une vingtaine de bateaux d’extraction d’or en activité autour de la marre de LALA.

La cohabitation entre activités d’exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE) et l’habitat naturel des hippopotames devient un « mariage risqué » dans la KADEY. Ceci, malgré la décision No 000587/D/MINMIDT/SG/DAJ du 28 Août 2019 portant interdiction de toutes activités d’exploitation minière artisanale semi-mécanisée sur les lits des cours d’eaux. Le non-respect de cette décision par certaines entreprises minières opérant sur la Kadey en marge du cadre règlementaire, constitue un véritable danger pour les hippopotames qui vivaient paisiblement dans la marre de LALA identifié et classé dans le répertoire des sites touristique du Ministère de Tourisme et Loisirs (MINTOUL) avant les perturbations régulières de leur habitat par l’exploitation minière. Il faut relever qu’en plus de trouver la mort dans les eaux polluées par l’activité minière, les hippopotames sont froidement abattus par les exploitants. En effet, parmi les 03 hippopotames morts dans la marre de LALA, l’un a été froidement abattu par un agent de sécurité d’une des entreprises minières chinoise exerçant une exploitation minière dans la zone de Wantamo. Ce pachyderme a trainé des traces de sang sur une longue distance avant de trouver la mort au niveau de la rive

Au regard de cette situation qui perdure, si des mesures urgentes ne sont pas prises par les ministères en charge de la gestion de l’Environnement, des mines, le Ministère du Tourisme et du Loisir (MINTOUL) et le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), les hippopotames de la « marre aux hippopotames de LALA » disparaitront dans les jours avenirs. En effet, au sein de l’organisation Forêts et Développement Rural (FODER), les actions les plus urgents pour sauver les vies de ces espèces de classe « A » intégralement protégées doivent être :

  • Stopper immédiatement les activités d’exploitation minière dans la marre aux hippopotames de LALA
  • Réhabiliter la marre aux hippopotames
  • Sanctionner les entreprises qui violent la décision No 000587/D/MINMIDT/SG/DAJ du 28 Août 2019 portant interdiction de toutes activités d’exploitation minière artisanale semi-mécanisée sur les lits des cours d’eaux

Les hippopotames (Hippopotamus amphibius) sont des espèces de mammifères semi-aquatiques répandues dans les écosystèmes humides et les cours d’eaux (rivières, lacs, marres etc.) d’Afrique subsaharienne. Compte tenu de leur effectif sans cesse décroissant, ils ont été classés espèces vulnérables (VU) depuis 1995 en Annexe II de la CITES. Les hippopotames figurent depuis 2006 sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN dans la catégorie « Vulnérable ». L’hippopotame commun bénéficie d’une pleine protection légale dans l’ensemble des pays d’Afrique. Au Cameroun, il figure dans la classe de protection « A » qui regroupe les espèces intégralement protégées.

2 commentaires sur “Les hippopotames du site touristique de LALA (région de l’Est) tués par les activités d’exploitation minière artisanale et à petite échelle dans la région de l’Est”

  1. Voilà un cas patent de la conciliation difficile entre la protection de l’environnement et les activités minières. Est ce que des procès verbaux de constat d’infraction ont été dressé à l’encontre des auteurs de la mort de ces pachydermes?
    Votre combat est noble, mais fait face à une gouvernance quelconque des administrations interpellées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *