FODER promeut la restauration des écosystèmes à travers les bambous au Cameroun

Dans l’optique d’apporter sa contribution à l’atteinte des objectifs de la décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, l’organisation Forêts et Développement Rural (FODER) accompagne les acteurs locaux (agriculteurs, artisans) dans les opérations de « planting » des bambous et des produits forestiers non ligneux (PFNL) afin de restaurer les terres et le paysage forestier dégradés. Cette opération est menée dans le cadre de la mise en œuvre des projets « Inter-Africa Bamboo Smallholder Farmers Livelihood Development Programme » et « Supporting Landscapes Restoration and Sustainable Use of local plant species and tree products (Bambusa ssp, Irvingia spp, etc) for Biodiversity Conservation, Sustainable Livelihoods and Emissions Reduction in Cameroon” (The Restoration Initiative PROJECT).

Les plants de bambous et de PFNL sont produits dans les pépinières crées à cet effet, ayant une capacité de 20 000 plants chacune. Courant mois de Mai 2021, plus de 2000 plants de bambous purs ont été plantés dans les localités d’Aveube, Akomnyada 1 et 2, région du Centre Cameroun sur une superficie de 10 hectares de Bambous. Dans les mêmes localités, 400 plants de safous ont été semés sur une superficie de 4 hectares, pour un total de 14 hectares de terre restauré. Peu avant, 03 plantations d’une superficie totale de 2,5 hectares de bambous pures ont été mises en place dans les localtés d’Akomynada 1 et 2, avec 05 espèces de bambou pour un total de 502 plants de bambou plantés.

Afin de pérenniser la production des plants, des opérations de démariage de plus de 2000 plants de bambous pour repiquer dans 5000 pots a été fait dans la pépinière de l’Anafor Mbalmayo. Les plants produits sur ce site permettront de restaurer les terres dégradées et le paysage forestier de la localité de Mbalmayo[1], ce qui pourrait diversifier les sources de revenue des agricultures dont les femmes à travers la récolte et la commercialisation des PFNL dans les années avenirs.

En 2020 deux pépinières d’une superficie de 200m2 chacune ont été mises sur pied dans les sites de l’Anafor à Mbalmayo et à Akomnyada 1, avec une capacité de production de 30.000 plants chacune par an. La création de ces pépinières, a été l’occasion de stimuler les communautés à découvrir les opportunités financières qu’offre le travail de pépiniériste de bambou et de production des produits forestiers non ligneux notamment l’irvigia Gabonensis (Andock), et du Ricinedendron Heudelotii (Djasang).

Engagement des communautés dans la restauration

Depuis 2020, les communautés bénéficiaires sensible à la nécessité de restaurer le sol et le paysage forestier, ont décidé de céder 42 hectares de terres au projet TRI afin qu’elles soient utilisées comme espace pilotes pour la restauration des terres dégradées. Ce reboisement répond ainsi aux objectifs de la décennie des nations unies pour la restauration des écosystèmes dégradées qui vise à prévenir, à stopper et à inverser la dégradation des écosystèmes sur chaque continent et dans chaque océan, afin de contribuer à éliminer la pauvreté, à lutter contre les changements climatiques.

D’autres actions de reboisement sont prévues dans les prochains mois. FODER espère maintenir l’émulation au sein des communautés et autres acteurs locaux dans la promotion de la filière bambou pour la restauration des sols dégradées et d’accroitre la superficie des terres et paysage restaurés afin d’avoir une contribution significative aux processus AFR100 et la CDN dans lequel Cameroun est engagé afin d’adresser les défis environnementaux actuels (changement climatique, déforestation), vu que la restauration[2] et la reforestation ont été identifiées dans la stratégie de développement du Cameroun comme moyen de réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts.

Avec le pool de 943 agriculteurs formés, à savoir soit 569 hommes et 374 femmes, et accompagnés aux techniques de restauration du sol via le bambou et les PFNL, FODER apporte ainsi sa contribution à la riposte écologique à la pandémie à Coronavirus (Green recorvery[3]) entend améliorer les conditions des vies des populations locales au regard des opportunités d’emploi que garanti le développement de la filière Bambou au Cameroun.


[1] Il convient de signaler ici que la localité de Mbalmayo abrite deux réserves forestières, qui, aujourd’hui sont dégradées du fait des activités anthropiques (développement de l’agriculture, exploitation illégale du bois, …).

[2] https://afr100.org/fr/content/cameroun

[3] https://www.benjerry.co.uk/whats-new/2020/08/green-recovery-why-it-matter

2 commentaires sur “FODER promeut la restauration des écosystèmes à travers les bambous au Cameroun”

  1. En tant que acteur de la filière bamboo. Et ouevrant en fin de la chaîne dans le transformation
    Nous serons heureux de maîtriser le processus de production de bamboo afin de le demistifier dans nos ateliers . Merci de nous joindre à toutes ces belles initiatives

  2. Très belle initiative, l’agroforesterie l’une des deisciplines pour ne pas dire la discipline suceptible de répondre aux enjeux du développement durable

Répondre à Djeuni Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *