Aller au contenu

FODER Développe en côte d’Ivoire une Observation Indépendante de la Déforestation et de la Dégradation des Forêts (OI-DDF)

Le concept de l’Observation Indépendante de la Déforestation et de la Dégradation des Forêts (OI-DDF), développé par #FODER, a été présenté aux représentants des parties prenantes à la mise en œuvre des politiques et stratégies forestières de Côte d’Ivoire le 26 Octobre 2021, après cinq mois d’étude de faisabilité et de développement conceptuel. Cette approche innovante vise à documenter, en toute neutralité et objectivité, et de manière indépendante, l’impact des activités anthropiques et des stratégies nationales sur le couvert forestier, les stocks de carbone et la biodiversité associée en vue de mieux informer les processus décisionnels pour un développement durable et résilient aux changements climatiques en Côte d’Ivoire. L’étude de faisabilité et le développement du concept de l’OI-DDF ont été financée par la Coopération Allemande à travers le projet Centres d’Innovations Vertes (CIV) de GIZ.

La zone pilote d’expérimentation de ce concept, sera constituée des Régions de San Pedro, du Cavally et de la Nawa, qui constituent le principal bassin de production du cacao dans lequel se trouve l’un des derniers vestiges importants de la forêt tropicale primaire en Afrique de l’Ouest, le #Parc National de Taï et ses quatre forêts classées satellites fortement dégradées (Cavally, Goin-Débé, Rapides Grah et Haute Dodo). Dans ce vaste paysage, l’OI DDF, accompagnera la mise en œuvre des programmes et stratégies des acteurs publics et privés impliqués dans la gestion des ressources naturelles, qui adressent des solutions locales et globales pour lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts et contribuer à restaurer la couverture forestière nationale.

Les ministères en charge des forêts, de l’agriculture, des mines, du plan et de la bonne gouvernance ainsi que leurs structures sous tutelle sont les acteurs étatiques concernés par l’OI-DDF. Les représentations administratives régionales et les collectivités territoriales sont des acteurs publics clés de cette initiative. Plusieurs acteurs du secteur privé, notamment les entreprises de la filière agricole et de l’industrie du bois sont aussi concernées de même que des OSC (internationales, nationales et locales) et les communautés rurales. Toutes ces parties prenantes identifiées comme pouvant jouer un rôle déterminant dans la mise en œuvre de l’OI-DDF en Côte d’Ivoire sont favorables à celle-ci et souhaitent fortement qu’elle soit neutre, objective, transparente et indépendante.

L’OI – DDF spécifiquement permettra de :

  • Collecter, analyser et publier des données neutres, crédibles et fiables sur la déforestation et la dégradation des écosystèmes forestiers ;
  • Renforcer le suivi de la dynamique des paysages forestiers, des stocks de carbone et de la biodiversité associés ;
  • Contribuer à la surveillance des forêts classées et agro-forêts ainsi que des parcs et réserves ;
  • Accompagner la transition vers des chaînes d’approvisionnement sans déforestation.
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.