FODER au secours des terres dégradées au Cameroun, à travers le bambou et les PFNLs

33,5 hectares de terres déjà restaurées dans la localité de Mbalmayo et ses environs, région du Centre, sur 58 hectares en prévision. Le processus de restauration des espaces dégradés du programme « Soutien à la restauration des paysages et à l’utilisation durable des espèces végétales et des produits arboricoles locaux (Bambusa ssp, Irvingia spp, etc.) pour la conservation de la biodiversité, les moyens de subsistance durables et la réduction des émissions au Cameroun » est en marche. Ce programme mis en œuvre par l’organisation Forêt et Développement Rural (FODER) en tant que l’un des partenaires d’implémentation du projet au Cameroun en partenariat avec l’Organisation International du Bambou et Rotin (INBAR) et le soutien du Fonds mondial pour l’environnement (FEM), a pour but de soutenir la mise en œuvre et l’intensification de la restauration des paysages forestiers au Cameroun.  Ceci à travers les Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) et le bambou.

Le Cameroun traverse plusieurs situations qui mettent à mal son écosystème à savoir la dégradation croissante des forêts et des terres, l’exploitation anarchique des ressources et le réchauffement climatique. Pour faire face à ces changements, FODER grâce à ce projet compte contribuer à la restauration d’ici 5 ans de 600 000 ha de terres en utilisant le Bambou et les produits forestiers non ligneux. Les actions menées sur le terrain pour atteindre ce résultat passent par la sensibilisation des communautés, la prise en compte de l’avis des populations quant au choix des espèces à reboiser, la restauration des terres avec le bambou et les PFNL, l’amélioration de la biodiversité et du microclimat et la formation des bénéficiaires à la production et la multiplication des plants.

Dans la localité de Mbalmayo et ses environs par exemple, FODER a entamé un processus de reboisement qui a permis la signature de 35 contrats de participation au projet d’une valeur de 58 hectares de terres. La signature des contrats de collaborations a permis de mettre en place en plus du bambou, des PFNLs d’usage pour la restauration tels que le Mango, le Safou et le Djansang afin de développer leurs chaînes de valeur.

Après la signature des contrats de participation au projet TRI (« The Restoration initiative »), FODER a par la suite Géolocalisé les parcelles à restaurées dans chaque village afin d’avoir une traçabilité et une digitalisation desdites parcelles. Cette disposition a regroupé 6 villages à savoir Akomnyada I, Akomnyada II, Aveube, Mefoussi, Nkolngock I et Nkoulayop.  21 agriculteurs signataires des contrats de participation au projet ont bénéficié des plants parmi lesquelles 6 femmes pour une superficie de 6,5 ha restaurées dont 2,5 ha de bambou et 4 ha de PFNL et 15 hommes avec 27 ha restaurées dont 13 ha de bambou et 14 ha de PFNL pour une superficie totale restaurée de 33,5 ha.

Des 33,5 ha restaurés, 15,5 ha l’ont été par le Bambou des variétés Dendrocalamus asper, Bambusa longinternode, Bambusa vulgaris, Dendrocalamus strictus et Oxytenanthera  abyssinica et 18ha par les PFNLs dont 11 ha de safou (Dacryodes edulis), 3,5 de Mango (Irvingia gabonensis) et 3,5 de  Djansang (Ricinedendron heudelotii). Les actions de ce projet ne s’arrêtent pas seulement à Mbalmayo et s’étendent dans plusieurs localités (Douala-Edéa dans la région du Littoral et WAZA dans la région du Nord) ou d’autres activités de sensibilisations, et des formations sont en cours.

3 commentaires sur “FODER au secours des terres dégradées au Cameroun, à travers le bambou et les PFNLs”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *