Aller au contenu

Des mines aux ruches

Contexte

Dans les communautés minières des régions de l’Est et Adamaoua, la majorité des populations pratiquent l’exploitation artisanale de l’or. Cette exploitation est la principale source de revenus des familles. La forte dépendance des familles vis-à-vis de l’exploitation de l’or les rend vulnérables. En effet, l’exploitation artisanale étant essentiellement aléatoire, les importants efforts effectués dans l’extraction de l’or sont parfois infructueux. Les quantités d’or extraites ne couvrent pas souvent les dépenses engagées. Ce qui conduit les artisans dans un cycle d’endettement pour subvenir à leurs besoins élémentaires.  La vulgarisation d’autres activités génératrices de revenus complémentaires ou alternatives dans les communautés minières permettra à ces dernières de diversifier leur source de revenus et ainsi de réduire leur forte dépendance à l’exploitation artisanale de l’or. C’est dans cette optique que FODER à travers le Projet Mines, Environnement, Santé et Société (ProMESS 2) a organisé du 27 Mars au 13 avril 2022, des sessions de formations des communautés minière sur l’apiculture moderne.

Méthodologie

Les formations ont été dispensées en quatre (04) sessions, avec l’appui technique d’un expert en apiculture. Elles ont ciblé les artisans miniers et agriculteurs des arrondissements Meiganga (Région de l’Adamaoua), Garoua Boulaï , Ouli et Gari Gombo (Région de l’Est). La formation a donné l’opportunités aux artisans miniers d’améliorer leurs connaissances sur :

–              Le métier de l’apiculteur,

–              La connaissance de l’abeille et de son environnement,

–              Les produits de la ruche,

–              La construction des ruches,

–              Les équipements apicoles,

–              Les installations et la gestion d’un rucher,

–              La récolte du miel,

–              L’extraction et le conditionnement du miel.

Résultats

65 artisans miniers (21 femmes et 44 hommes) ont été formées en apiculture moderne notamment dans les villages de Gbanam (arrondissement de Meiganga), Bidinba (arrondissement de Garoua Boulaï), Ouli (arrondissement de Mbotoro) et Ngoudi 1 (Gari Gombo). Dans ces zones l’apiculture était plus pratiqué dans la zone de Gbanam. Au cours de cette formation, 12 ruches ont été construites par les artisans minieerssoient 5 ruches ont à Gbanam, 2 ruches à Bindiba, 2 ruches à Ouli et 3 ruches à Ngoudi. Un rucher constitué de 10 ruches a été installé dans chaque zone par les participants avec l’accompagnement du formateur. Les participants ont également fait la récolte du miel à partir des ruches traditionnelles (nasses) et des ruches kenyanes préalablement installées dans les communautés

80 ruches prêts à l’utilisation ont  mises à la disposition des groupes par FODER soit 25 RuCHES pour la coopérative de Gbanam, 22 Ruches pour les Comités de Veille Citoyen (CVC) de Bindinba, 10 pour la coopérative de Ouli et 22 ruches pour la Coopérative de Ngoudi..

Les équipements apicoles constitués de 35 voiles de protection, 35 paires de bottes, 35 paires de gangs, 35 enfumoirs et 35 lève cadre ont été remis aux 4 groupes bénéficiaires de la formation.  Le miel récolté a été extrait par les participants à l’aide pressoir manuelle.

Perspectives

A l’issue de la formation plusieurs engagement ont été pris :  

  • Les différents groupes ont pris l’engagement de confectionner un total 165 avant la fin de la campagne apicole qui s’achève en Août 2022
  • FODER a pris l’engagement de mettre à la disposition de chaque un extracteur manuel de miel lorsque chaque aura respecter son engagement de confectionner les ruches
  • Le formateur qui est Président de la confédération des apiculteurs de l’Est a pris l’engagement d’acheter toute la production de miel à condition que le miel produit soit récolte et extrait suivant les méthodes de récolte appris pendant la formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.