ProjetMines, Environnement, Santé & Société (ProMESS) Phase 2

  • admin 

En 2018, 189 permis de recherche/ de reconnaissance et 5 permis d’exploitation ont été attribués sur le territoire national (Cadastre minier du Cameroun, 2018). 60,45% de ces permis de recherche/reconnaissance sont localisés dans les régions de l’Est et Adamaoua ; soit 44,78% dans l’Est et 15,67% dans l’Adamaoua.). En dehors des substances de carrière qui sont exploitées à l’échelle industrielle, aucun autre minerai n’est exploité de manière industrielle. A la différence de l’industrie minière qui tarde à prendre son envol, le sous-secteur artisanal lui a connu un développement important, attribuable en partie au projet de mise en eau du barrage de Lom-Pangar qui a favorisé la semi-mécanisation. Les études et constats effectués par FODER dans la phase 1 du Projet Mines Environnement, Santé et Société (ProMESS) montrent que l’exploration, l’exploitation et la commercialisation des ressources issues de la mine artisanale traditionnelle et semi-mécanisée au Cameroun se déroulent en flagrante violation de la réglementation en vigueur.

L’exploitation semi-mécanisée de l’Or se déroule en flagrante violation des dispositions réglementaires en matière de protection de l’environnement et du respect des droits des communautés riveraines. En effet, la quasi-totalité des entreprises actives dans la semi-mécanisation ne respectent pas leurs cahiers de charges, notamment les clauses relatives à : la réalisation des études d’impact environnemental (EIE) avant exploitation ; la réhabilitation des sites miniers ; la sécurité des travailleurs et des populations riveraines ; le dédommagement/compensation pour la destruction des biens et l’expulsion ; l’interdiction d’exploiter dans les aires protégées et les forêts communautaires/communales ; l’interdiction d’exploiter dans les cours d’eau ; l’interdiction d’utiliser le Mercure, le Cyanures, etc. D’importants problèmes environnementaux et sociaux sont générés par l’exploitation minière semi-mécanisée et artisanale dans les régions de l’Est et de l’Adamaoua. Notamment, le détournement et la pollution des cours d’eaux ; la dégradation des sols et des paysages ; l’abandon de nombreux puits à ciel ouvert ; la déforestation des aires protégées, etc. Les eaux usées (issues de l’extraction de l’Or) polluées au Mercure/Cyanure (des substances très toxiques et cancérigènes) sont déversées sans traitement préalable dans les cours d’eau, entrainant des conséquences néfastes sur la faune aquatique et la santé des populations qui utilisent ces eaux pour leurs besoins domestiques. La non réhabilitation des sites exploités entraînant des accidents mortels d’hommes et de bétails, et génère des conflits avec les activités agropastorales. Face aux nombreux problèmes et défis présents dans le secteur minier, plusieurs actions ont été menées par l’Etat, les partenaires au développement, les organisations de la société civile et les ONG pour améliorer la gouvernance dans ce secteur. Dans l’optique de contribuer à un développement socio-économique et environnemental inclusif au Cameroun, l’Association Forêts et Développement Rural (FODER) met en œuvre la phase 2 du projet Mines-Environnement-Santé et Société (ProMESS) avec l’appui financier de l’Union Européenne. Ce projet d’une durée de 48 mois est mis en œuvre dans les régions de l’Est et de l’Adamaoua.

Détails du projet

Durée: 48 mois

Date du début: 01 Juin 2019

Date de fin: 01 Juin 2023

Bailleurs: L’Union Européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *