Les résultats de la mission Exploratoire Initiale de la phase 2 du RTM

  • admin 

Dans l’optique de faire un état des lieux des anciennes communautés pour la consolidation des acquis de la première phase du « suivi communautaire des forêts en temps réel» (RTM) et l’extension des zones d’intervention du projet dans sa deuxième phase, FODER a organisé du 29 octobre au 12 novembre 2018 une mission exploratoire initiale (MEI) dans le cadre du projet « Embedding community real time monitoring to sustain livelihoods and forests in Central and West Africa» (Projet RTM2). La dite mission a été réalisée  par FODER dans les régions du Centre (Arrondissement de Ngambe-Tikar), Est (Arrondissements de Doumé, Abong-Mbang, Messamena, Somalomo, Batouri, Mindourou et Lomié), Sud (Arrondissements Lokoundje et Akom2) et Littoral (Arrondissements Pouma et Ngwei). 

Au cours de la MEI, un total de vingt-neuf (29) communautés ont été visitées dans les quatre (04) régions[1] où va se déployer le projet. Après évaluation sur la base des critères clairement établis[2], vingt-sept (27) communautés soient 14 anciennes et 13 nouvelles ont été retenues comme potentielles communautés à impliquer dans le RTM2. Ces communautés sont riveraines des titres tels que : l’UFA, les forêts communautaires et les ventes de coupe. Elles sont constamment exposées à diverses illégalités forestières identifiées au cours de la mission exploration. Il s’agit donc des illégalités tels que : le non-respect des obligations sociales, l’abattage des arbres à moins de 30 mètres des cours d’eau, les coupes sous diamètre et le non marquage des souches, de même que la coupe hors limites.

Ces infractions justifient à suffisance la nécessité du Suivi communautaire des forêts en Temps Réel.  D’ailleurs, pendant  la MEI,  quinze (15) alertes ont été collectées à l’aide des smartphones des membres de l’équipe de mission en situation réelle  au voisinage de Mbandjock, Leplikoun et Malomba. Cette activité a permis de tester la nouvelle application « collectaur v 1.0.3 ». Les alertes collectées ont été transmises à la plateforme ForestLink Cameroon via la connexion internet.

La mission exploratoire de la phase 2 du RTM a été également une opportunité pour sensibiliser les parties prenantes sur le suivi communautaire en temps réel, le projet RTM 2 et ses enjeux, l’exploitation forestière illégale et ses conséquences, les droits et les obligations des communautés locales et PA dans la protection de l’environnement. C’est ainsi que plus de 150  personnes (administration forestière (5), Préfets et Sous-Préfets (05), Communautés (132), ont été informées et sensibilisées, avec 31% de femmes. Ceux-ci connaissent désormais que le suivi communautaire en temps réel (avec le ForestLink) constitue un outil qui met en contact les communautés forestières avec les autorités nationales afin de lutter contre l’exploitation forestière et la déforestation illégales. Grâce au système ForestLink conçu sur mesure, les communautés forestières peuvent collecter des preuves sur un certain nombre de menaces pesant sur les forêts et émettre des alertes, et ce même depuis des zones reculées sans connectivité mobile ou Internet. Le système ForestLink peut être utilisé pour suivre un large éventail de menaces, parmi lesquelles l’exploitation forestière illégale, l’exploitation minière illégale et les déversements d’hydrocarbures.

Réaction

Chef du village de Ndem2

« C’est un bon projet parce que nos dénonciations arriveront à Batouri sans toutefois nécessiter le transport pour le déplacement. Les limites de la forêt communale de Batouri sont à moins d’un kilomètre de mon village. Le projet peut nous aider à reculer ces limites et nous permettre de résoudre les conflits entre les agriculteurs et les bergers suite au manque de pâturage et d’espace agricole. »

ZEGUELE NTOUH Zaché,

« La Mairie de Mindourou attend des initiatives pareilles. Nous souhaitons accompagner près de Cinq communautés cette année à la gestion légale de leurs forêts communautaires. Ce projet peut nous aider à surveiller ces forêts. »

ADJA MINKARANKO Séverine, Délégué départemental du MINFOF (DDFOF)  de la Sanaga Maritime

« Je suis nouvellement affectée comme DDFOF dans la Sanaga Maritime. Le projet RTM 2 est une bonne initiative. Il devrait nous permettre de lutter efficacement contre l’exploitation illégale qui ne cesse de s’intensifier de jour en jour dans la Sanaga Maritime. Nous souhaitons une collaboration fructueuse avec le projet »

MOAMPI Joseph, Chef de village Djouyaya

« La phase1 du projet RTM  a aidé ma population l’an dernier. Il nous a permis de chasser certains voleurs de bois dans le village. Le projet a permis de mettre la pression pour obtenir la case de santé promise par la FIPCAM. Nous avons des nouveaux problèmes comme la confiscation du matériel par le Maire et le Sous-Préfet de Dja. Nous comptons sur le projet RTM 2 »

[1] Centre, Littoral, Sud, Est.

[2] 06 critères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *