Ce qui a changé pour les communautés forestières après la phase pilote du projet Suivi Communautaire des Forêts (STR) au Cameroun

  • admin 

Le projet Suivi Communautaire des Forêts (STR) mis en œuvre par l’association Forêts et Développement Rural (FODER) est déployé au Cameroun dans les régions de l’Est, Littoral et Sud dans une dynamique opérationnelle qui repose sur la participation des communautés riveraines des zones forestières. En effet, depuis la phase pilote qui a démarré en mars 2016, FODER a établi un réseau national d’observateurs et de leaders communautaires. 15 communautés, soit en moyenne 60 personnes sont directement impliquées dans les actions de terrain.

Elles sont accompagnées par près de 5000 membres des communautés composés des femmes, jeunes et hommes, populations locales et autochtones qui sont à la base du déclenchement des missions de suivi dans les forêts du domaine national (FDN) et les titres valides en cours. Plus de cinq cent soixante-deux (562) alertes ont été collectées et transmises par les OC/LC sur la plateforme ForestLink

Au terme de la phase pilote du STR, ils sont nombreux au sein des communautés qu’ils ont bénéficié des actions du projet :

 EMPANZZE EMPANZZE Victor, Chef de village Oboul1 (Arrondissement d’Abong-Mbang) : « Le projet STR nous a beaucoup aidé l’année passée (2018). Le problème opposant ma communauté à Express Union suite au décaissement illicite d’une somme de 1 205 000FCFA dans le compte du Comité de Développement du village est en bonne voie. Nous espérons que le projet nous accompagnera jusqu’au terme de ce problème qui est en justice à Abong-Mbang. Nous souhaitons que le projet nous aide également à poursuivre la lutter contre les sociétés qui viennent piller notre bois. »

 MENGOMAYE Herbert, chef de village Eschiambor (Arrondissement de Lomié)

«Avec le projet STR nous avons pu recevoir à domicile des multiples formations. Nous sommes maintenant à mesure de dénoncer facilement les pratiques illégales. Nous souhaitons que dans la seconde phase du projet,  nos revendications avec la SIM qui refuse de réaliser ses promesses soient intensifiées. »

MESSANG Nestor, chef de village Bonando (Arrondissement de Doumé) :

« Nous  sommes vraiment satisfaits des actions du projet STR dans notre village. Malgré que certains résultats tardent à venir, les formations que nous avons reçues, nous ont apporté un grand plus dans notre façon de revendiquer nos droits et de contrôler les forêts. Les autorités municipales et administratives commencent à nous écouter. Les autres villages ont besoin de vous. Vous devez étendre votre action dans tous les villages de notre arrondissement pour lutter contre l’exploitation forestière illégale. Dans mon village, grâce aux actions du projet, l’exploitation forestière illégale a considérablement reculée. Il faut maintenir la flamme allumée. La formation est un investissement qui garantit la durabilité de vos actions. Avant on ne connaissait pas nos droits, comment doit se dérouler une exploitation forestière dans la légalité et qu’est-ce que les populations doivent s’attendre comme bénéficie dans un titre forestier. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *